Координати 159

Uploaded 3 листопада 2010

Recorded листопада 2010

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
82 m
18 m
0
1,6
3,2
6,32 km

Переглянуто 2319 раз(и), завантажено 28 раз(и)

біля Carignan-de-Bordeaux, Aquitaine (France)

A partir du centre-bourg de Carignan, vous descendrez dans la vallée de la Pimpine en passant par la route des châteaux, puis vous remonterez pour rejoindre le bourg par l'ancienne route de Latresne.


Longueur : 6,25 Km, soit 2h environ
Balisage : Feuille d'érable jaune

View more external

Le projet de construction d’une véritable école à Carignan remonte au moins à 1848, mais mettra plus 29 ans à voir le jour ! Avant cette date, les élèves et leur professeur étaient hébergés au hasard des opportunités de location dans le village. En 1863, l’Archevêché accepte d’échanger les jardins du presbytère de l’autre côte de la route contre la maison des héritiers « Estèbe » qui sera détruite pour faire de l’espace devant la cure. En 1875, les travaux débutent enfin sur ce terrain. Malgré l’opposition de M. Mandavy au sein du Conseil Municipal qui trouvait scandaleux que l’école fut construite près d’une auberge et d’une salle de danse, le Maire pouvait enfin annoncer la fin des travaux à la fin de l’année 1876. Carignan possédait enfin une école avec une mairie et les logements pour les instituteurs.
Le presbytère de Carignan, lieu où logeait le curé, est une maison en pierre de taille et moellons datant de la 2e moitié du 18e siècle. Elle est entourée de jardins (accès libre) et d'un joli puit en pierre. Au coin nord-est du bâtiment se trouve une petite niche qui accueillait autrefois une statue (de la vierge ?) aujourd'hui disparue. L'ancien presbytère va bientôt connaitre une nouvelle jeunesse en devenant la maison d'accueil des jeunes.
L'église de Carignan est un édifice du début du XIIIe siècle. Les parties qui datent de cette époque sont le mur sud et le mur nord (maintenant à l'intérieur) et la partie basse du clocher actuel, avec sa frise de modillons. Le clocher d'origine devait être plat et à arcades comme cela se faisait beaucoup à cette époque. Bien que beaucoup de modillons aient du être restaurés ou remplacés avec le temps, certains sont remarquables, indépendamment de leur âge réel.
Situés en contrebas de l'église, la source Saint-Martin (aujourd'hui canalisée) et son lavoir sont tombés dans l'oubli, envahis par la végétation. Pourtant ils symbolisent les raisons de l'implantation des premiers habitats autour de cette petite vallée: la présence d'une source garantissant l'approvisionnement quotidienne en eau potable. Le lavoir en ciment a remplacé le vieux lavoir en pierre au début du 20e siècle. Bien que déserté aujourd'hui, le lavoir Saint-Martin était le plus fréquenté du village. C'était un lieu très important dans la vie de la commune. Les gens s'y retrouvaient pour prendre l'eau potable et les femmes venaient y rincer leur linge. C'était l'occasion d'échanger des nouvelles sur la famille et sur les événements quotidiens. La lessive était un temps fort dans la vie de la maison.
Ce vieux domaine s’appelait à l’origine « Michet » avant d’être racheté par Jean Baritaud, garde du Palais de l’Ombrière à Bordeaux en 1717. 55 ans plus tard les différentes constructions sont tellement en ruine qu’il faut tout raser pour les reconstruire à neuf, ce qui permet de dater les bâtiments actuels. A la fin du XIXe siècle, Honoré Picon, le nouveau propriétaire, fit édifier une éolienne dans le bas de son domaine pour exploiter une source toute proche. Construite par Léon Bollé, industriel au Mans, elle demeure une des seules de cette marque encore en élévation dans notre région. Formidable témoin du patrimoine industriel de cette époque, elle mériterait d’être sauvegardée comme par exemple celle de Bassens. En 1904, une tour carrée de 20m de hauteur fut construite avec un bassin à son sommet qui se remplissait d’eau, et qui permettait ainsi d’obtenir de l’eau sous pression pour tout le domaine. C’est cette tour que l’on voit de loin et que l’on prendrait facilement pour un donjon médiéval.
Situé pratiquement en face de l'église, de l'autre côté du petit vallon creusé par un affluent de la Pimpine, ce château dont l'histoire remonte au moins au XIIIe siècle est à l'origine de la paroisse de Carignan. Le logis original, qui date du XVe siècle, consiste en un édifice de plan en L à tour d' escalier dans l'angle. Le reste des bâtiments a été remanié à plusieurs reprises et datent de différentes époques, notamment du 19e. Le château est sans aucun doute le plus beau monument de la commune et aussi le plus emblématique, puisque que grâce à son excellent vin, le nom « Carignan » fait le tour du monde.
Ce domaine, dont le nom à l’origine était Camelon, faisait partie intégrante du château de Talence (château Carignan) et s’en est détaché à la suite de deux ventes successives peu avant la Révolution. Le domaine d’origine, appelé maintenant communément « la ferme du château Léon », est composé de plusieurs bâtiments édifiés à diverses périodes du 18e siècle, organisés autour du logis du fermier: logement de domestiques, chai, cuvier, écurie, cour, puits… Les propriétaires, trop à l’étroit dans leur demeure campagnarde, firent construire tout à côté, un château dans le style du moment. Terminé en 1890, il est maintenant appelé "château Léon".
La cabane de vignes faisait partie intégrante du travail de la terre. Elle était construite par le vigneron avec grand soin car son rôle était précieux, et ce pour toutes les étapes de l’élaboration du vin. Elle accueillait les travailleurs, mais aussi parfois les enfants qui accompagnaient les familles durant les travaux de la vigne qui en faisaient alors leur terrain de jeu favori. Cette petite cabane de vigneron est une des seules encore debout sur le territoire de Carignan. Elle était équipée d'une élégante cheminée encore visible à l'intérieur.
Situé sur un plateau relativement élevé, ce domaine s'appelait à l'origine (XIIIe siècle) "Puch de Canteloup", en liaison avec le château Canteloup situé à 1km au sud-est. En 1489, il s'appelle déjà Beaugey, sans doute en l'honneur d'un précédent propriétaire, et est alors décrit comme un bourdieu entouré de fossés. A l'époque tout le vallon de calonne et le versant sud de Vignac appartenaient au château Beaugey. Le tout était planté en vignes. A la fin du XIXe siècle par exemple on y produisait 400 hectolitres de vin rouge par an. Mais à petit à petit, les vignes diminuèrent si bien que l'on ne vinifia plus que dans les chais et cuviers du château, et non plus au domaine de Calonge, appelé alors "Tour de Calonge", qui se situait à peu près au 10 chemin de Calonne actuel. Le château Beaugey que nous voyons aujourd'hui date du 1er quart du 16e siècle (le contrat pour la couverture date de 1525). Le château fut modifié dans la 2e moitié du XIXe siècle par la suppression de la tour d'escalier et la mise en place d'un escalier monumental intérieur.
Le domaine de Sabatey appartenait à l'origine au château de Canteloup. Au début du XVIe siècle sa surface était de 84 hectares et comprenait même la métairie de "La Louga" au nord de la commune, et celle de "Cueille" au sud. Au fil des siècles et des ventes successives, le domaine perdit de sa surface, pour tomber à 12 hectares en 1918. Aujourd'hui le domaine se présente comme un ensemble de bâtiments (chai, cuvier, pigeonnier, remise, jardin, ancien logement de domestiques) datant principalement de la 1ere moitié du 18e siècle. A noter que l'ancienne route allant de Carignan à Lignan, puis à Créon, passait directement sur le domaine, dans le prolongement du chemin du Lens à travers les champs, jusqu'au niveau de l'allée des tilleuls (chemin qui remonte au château Léon depuis la route de Lignan). Cette route s'appelait alors chemin de Caminas, et était la seule pour aller dans cette direction.
Croix en fer datant du 19e siècle située au milieu d'un petit espace arboré, la place de la Bohème. Cette croix représente les instruments de la Passion: en l'occurrence la croix elle-même, les lances des gardes romains ayant gardé Jésus Christ pendant sa crucifixion, et la couronne d'épine portée par Jésus pendant son supplice.
Croix de chemin en pierre de taille, datant du 17e siècle, située à l'entrée du bourg.

1 comment

  • laurent la 24 квіт. 2018

    Circuit facile pour découvrir Carignan et surtout son château.
    Quelques chemins sympas.
    Dommage que l’on emprunte beaucoup de routes.

You can or this trail